Mémoires du général baron de Marbot


 

Mémoires
Baron de Marbot
Mercure de France, 1983, 2 volumes d’environ 500 pages


Si vous aimez l’aventure, de l’aventure vécue, pas imaginée, alors il faut lire Marbot. Beaucoup ont dit ou écrit qu’il avait exagéré ses exploits, ce qui est fort possible. Mais n’est-ce pas Napoléon lui-même qui disait que l’on pouvait tordre le cou à la réalité historique si c’était pour lui faire faire de beaux enfants ? Contemporain de Napoléon, Marbot a passé le plus clair de sa jeunesse à l’armée, de la seconde campagne d’Italie (1798) à Waterloo (1815) et il a participé à la plupart des grandes batailles de l’épopée : Austerlitz, Eylau, Wagram… Ecrits au début des années 1820, ces mémoires conservent une exceptionnelle fraîcheur, une vitalité extraordinaire, donnant le sentiment que Marbot a vécu au plus près de la grande Histoire, ce qui est rigoureusement vrai. Dans la préface, Jean Dutourd écrit que ces Mémoires allient sans cesse vitesse et bonne humeur. Il faut lire Marbot, rentrant d’Espagne à francs étriers, se reposant une nuit à Paris et repartant le lendemain pour l’Allemagne, aussi sec. Cela nous effraierait, lui, au contraire, s’en réjouit. Echappant plusieurs fois à la capture et la mort, il mord la vie avec tout l’insouciance de la jeunesse, soucieux, comme beaucoup à l’époque, de se faire remarquer par son idole. Quel personnage attachant ce Marbot !

OK
OK

Annuaire diocésain MouvementsHoraires des messes

La reproduction totale ou partielle de ce site internet est formellement interdite, sur quelque support que ce soit, sans notre accord express - Tous droits réservés 2014 - Réalisation : Elfinet