Actualités diocésaines : toutes les actualités du Diocèse de St Claude





Le Père Raymond Monnoyeur, administrateur du diocèse de Saint-Claude,
Les prêtres, les diacres et les animateurs en pastorale,
Les résidents et le personnel de la maison de retraite de Vannoz,


vous invitent à partager leur prière et leur espérance
à l’occasion du décès du

 Père Rambert FERREZ

survenu à Vannoz le 25 mars 2020 à l’âge de 87 ans,
dont 60 ans de sacerdoce.

 
Dans la situation sanitaire actuelle,
les obsèques auront lieu
dans la plus stricte intimité au cimetière de Saint-Pierre
ce vendredi 27 mars à 15h00.



Qu’il repose dans la paix du Seigneur qu’il a fidèlement servi.

 

Le P. Rambert Ferrez (1933-2020)

            C’est en 1933, à Saint-Laurent-en-Grandvaux, que le P. Rambert Ferrez voit le jour. Rambert, un prénom bien peu courant ! Et pourquoi ? Tout simplement parce que sa mère, qui assistait à Saint-Claude à l’intronisation de Mgr Rambert-Irénée Faure, neuvième évêque de Saint-Claude (1926-1948), avait trouvé ce dernier fort bel homme. A quoi tiennent les choses ? Va pour Rambert, un prénom original et qui lui collait comme un gant.

            Après le temps du séminaire, Petit à Vaux-sur-Poligny et Grand à Montciel, le voilà qui est ordonné prêtre. Comme tous ses confrères, en une époque où l’on ne manque pas de prêtres, il est assigné pendant quelques années à l’office de vicaire paroissial. Plus tard, en équipe, il est nommé curé, à Morez et à Champagnole. A la fin des années 1990, il devient curé de Mouchard ; il est seul, chose qu’il apprécie guère. Le P. Rambert Ferrez jouit de l’estime et de l’affection de ses paroissiens. A tel point qu’ils sont prêts à lui pardonner son côté tête en l’air. Il n’était pas rare qu’en pleine messe, s’apercevant qu’il manquait sur l’autel un élément essentiel au service divin, il courût à la sacristie pour s’emparer de l’objet liturgique en question. Le P. Rambert n’était pas un savant et l’Evangile qu’il prêchait était d’une grande simplicité. Il dédaignait l’étude et la lecture : du superflu à ses yeux. Son originalité et sa naïveté s’accommodaient mal des grosses sommes théologiques. L’Evangile qu’il vivait, avec sa bonhommie et sa gentillesse naturelle, était à prendre au tout premier degré : faire de la bonté un absolu. A-t-il seulement connu une fois dans sa vie la colère, la jalousie et le ressentiment ? Avec un cœur aussi gros que le sien, voilà qui serait surprenant.

            A la retraite, le P. Ferrez est parti à Saint-Pierre-en-Grandvaux, occupant un appartement dans la maison d’une de ses sœurs. Il vivait paisiblement, en homme qui n’a jamais fait de bruit. Le grand âge venant et, avec lui, les problèmes de santé, un beau jour – non, un sale jour ! – il lui a fallu quitter son cher Grandvaux pour se rendre à Vannoz. Il y a été fort bien accueilli mais quel déchirement ce dut être pour lui de quitter tant de souvenirs ! Et c’est à Vannoz, ce mercredi 25 mars, alors que le pays est en confinement à la suite de l’épidémie  que l’on sait, que le P. Ferrez a quitté cette terre pour rejoindre le Dieu auquel il s’est donné et auquel il fut toujours fidèle. Dans la discrétion, comme si son souci de ne pas faire de bruit demeurait toujours constant, y compris dans la mort, ce sera ce vendredi 27 mars, à Saint-Pierre, qu’il sera inhumé.

 

Date de publication : 25 mars 2020  

OK
OK

Annuaire diocésain MouvementsHoraires des messes

La reproduction totale ou partielle de ce site internet est formellement interdite, sur quelque support que ce soit, sans notre accord express - Tous droits réservés 2014 - Réalisation : Elfinet