Confinement Désiradien.

« Ah ! les méchants gendarmes ». Cette veille des Rameaux ils ne me permettent pas de célébrer dans l’église, même avec seulement la sacristine. « Dès que vous êtes deux, c’est public », argumente le sous-chef. – « Oui, mais les paroissiens ont apporté les rameaux, je peux bien les bénir tout seul, mais après il faudra bien que je les leur porte ». – « Vous cocherez la case ‘activités professionnelles’ », me répond le Chef.  Pas besoin de me le dire deux fois ! Le lundi et le mardi saints, matin et après-midi, j’ai sillonné tous les chemins de la commune, distribuant plus de 200 rameaux à domicile, même à ceux que je ne connais pas : « ça vous fait plaisir d’avoir un rameau béni ?  -  oh oui, mon Père, c’est gentil de penser à nous ».    

Puis vint le temps pascal ; les ‘activités professionnelles’ m’incitent à visiter les personnes seules, à porter la communion aux malades, et à célébrer chaque dimanche dans une famille, avec quelques voisins.  Nous suivons la liturgie de la Parole avec le Jour du Seigneur, unis à toute l’Eglise, puis nous continuons en Eucharistie Domestique, offrant le pain et le vin pour les 1.458 habitants de La Désirade et ‘pour la multitude’.

Ensuite c’est l’heure du ti-punch ou du planteur ! et nous partageons le repas du dimanche… comme les premiers chrétiens.  C’est l’Eucharistie qui continue … Le Ressuscité est bien présent dans nos familles, il arrive toujours à se dé-confiner .

 Claude Nachon, curé de La Désirade.


Claude à l'occasion de l'anniversaire de ses 80 ans

 

 

OK
OK

Annuaire diocésain MouvementsHoraires des messes

La reproduction totale ou partielle de ce site internet est formellement interdite, sur quelque support que ce soit, sans notre accord express - Tous droits réservés 2014 - Réalisation : Elfinet