Oblomov

Oblomov
Ivan Gontcharov
Le livre de poche, 668 pages



Oblomov
est sans conteste l’un des plus grands romans de la littérature russe. C’est même, dirai-je, le prototype du roman russe. Russe, il l’est dans sa longueur (environ 700 pages), dans cet art si subtil de décrire les gens et leur âme, cette narration qui prend son temps et qui ne raconte rien, ou si peu. Il est vrai qu’Oblomov, le personnage principal, se distingue par ce qu’il y a de slave en lui, cette résignation, cette fatalité qui aide à accepter son sort, si typique de ce qu’Hélène Carrère d’Encausse a appelé le « malheur russe ». Oblomov est un propriétaire terrien, mais un propriétaire dédaigneux de ses biens. Sa vie consiste à ne rien faire, à attendre, à patienter, à rêver, à tirer des plans sur la comète, quitte à se faire gruger et à passer pour le dindon de la farce. Gontcharov a si bien dépeint ce caractère que le nom propre est devenu commun : l’oblomovisme… ou cette manière si typique, si russe, d’être au monde.

OK

Agenda diocésain

Voir tous les évènements...

Annuaire diocésain MouvementsHoraires des messes

La reproduction totale ou partielle de ce site internet est formellement interdite, sur quelque support que ce soit, sans notre accord express - Tous droits réservés 2014 - Réalisation : Elfinet