Dans l’équipe de Staline

Dans l’équipe de Staline
Sheila Fitzpatrick
Perrin, 2018, 446 pages



De la succession de Lénine jusqu’à sa mort en 1953, Staline aimait à s’entourer de ceux qui, pour la plupart, avaient été des camarades de combat. Ce sont leurs relations que dépeint Sheila Fitzpatrick tout au long d’un livre passionnant et fascinant. En effet, les relations entretenues entre Staline et l’équipe (Molotov, Beria, Kaganovitch, etc.) se signalaient par leur ambiguïté. Aux périodes de franche camaraderie pouvaient succéder des temps de tension durant lequel le Patron (Staline) surveillait les uns et les autres et n’hésitait pas à jouer de leurs rivalités. En dépit de son caractère soupçonneux jusqu’à la paranoïa, Staline aimait s’entourer. C’était compenser une vie familiale et affective catastrophique depuis le suicide de sa seconde épouse en 1932. On a pu dire que l’équipe ressemblait à une bande de brigands associée au maître du crime. Ce n’est pas faux. Il n’en reste pas moins que les concours offerts par ce groupe d’hommes n’était pas un luxe. Même un dictateur omnipotent comme Staline ne pouvait gouverner seul un pays aussi grand. 

OK
OK

Annuaire diocésain MouvementsHoraires des messes

La reproduction totale ou partielle de ce site internet est formellement interdite, sur quelque support que ce soit, sans notre accord express - Tous droits réservés 2014 - Réalisation : Elfinet