Au mois de décembre

Les livres sapientaux
Maurice Gilbert, Cerf, 2017, 164 pages


La collection des
ABC de la Bible continue imperturbablement son bonhomme de chemin. Le nouvel opus, signé par Maurice Gilbert, professeur émérite à l’Institut biblique pontifical, se penche sur ce que la tradition appelle les livres sapientaux. Parmi ces derniers Le Livre de la Sagesse, Le Livre de Job, Le livre des Proverbes…  L’auteur ne se propose pas de revenir sur chacun d’eux. Plus simplement il en a entrepris une large synthèse, dégageant les thématiques principales à partir de questions telles que : Quelles sont les figures de la Sagesse ? Existe-t-il une théologie des sages ? et ainsi de suite. En préambule, Maurice Gilbert aura pris soin de différencier ce qui permet de distinguer cette catégorie. Ainsi apprendra-t-on que chacun des livres bibliques se rapportant à la sagesse entend répondre à une question. Chez Ben Sira, il s’agit de trouver un nouvel idéal ; dans Le Livre de Job une nouvelle approche du réel. Bref, une belle pierre apportée au précieux édifice de la collection des ABC de la Bible.


 

Chrétiens en danger. Vingt raisons d’espérer
Marc Fromager, Editions des Béatitudes, 2013, 194 pages


Dans ce petit livre, facile et plaisant à lire, Marc Fromager, l’actuel directeur de l’Aide à l’Eglise en Détresse, se livre à l’examen de vingt pays dans lesquels la vie des chrétiens n’est pas de tout repos. Le catalogue des maux que ces derniers subissent, du meurtre à la vexation, est large. Si les situations sont évidemment différentes selon les pays, il ressort de ce tableau que les chrétiens constituent la minorité religieuse la plus persécutée dans le monde. Quand ils sont minoritaires, les chrétiens souffrent des brimades des extrémistes, musulmans quand il s’agit de l’Asie et de l’Afrique, hindous quand sont concernés les vingt-cinq millions de chrétiens qui vivent en Inde. Même s’ils sont majoritaires, leur situation peut devenir dangereuse ; par exemple, les assassinats de prêtres, au Brésil ou en Colombie, sont monnaie courante. Si le sang des martyrs est semence de chrétiens, leur ténacité et leur accueil de l’autre l’est tout autant. Une belle et poignante leçon pour les chrétiens pépères que nous sommes.


 

Benoît XV et la Grande Guerre
Paul Christophe, Cerf, 2016, 257 pages


On se souvient que les derniers papes ont tout fait pour éviter les guerres ; ces dernières n’étant jamais une solution mais un problème supplémentaire.
« Plus jamais la guerre » déclarait le pape Paul VI à la tribune de l’ONU. Le pape Benoît XV, pape de la Grande Guerre, comprenant vite les malheurs innombrables qui ne manqueraient pas de découler de ce suicide collectif, a mis tout son poids dans la balance afin de proposer une sortie de conflit honorable pour chacune des parties. C’était sans compter la puissance des ressorts nationalistes, les uns l’accusant d’être le « pape boche », les autres lui reprochant d’être inféodé aux puissances alliées. Il était redoutablement difficile, en cette période trouble, de vouloir se situer, comme l’écrira le pacifiste Romain Rolland, « au-dessus de la mêlée ». A l’heure où la France se souvient de la boucherie que fut l’offensive Nivelle de 1917, Paul Christophe nous rappelle qu’en ces heures tragiques de grandes consciences veillaient sur l’avenir et l’âme de l’Europe.

OK

Agenda diocésain

Voir tous les évènements...

Annuaire diocésain MouvementsHoraires des messes

La reproduction totale ou partielle de ce site internet est formellement interdite, sur quelque support que ce soit, sans notre accord express - Tous droits réservés 2014 - Réalisation : Elfinet