Message d'accueil du Père Philippe Adellon

Père Vincent JORDY, écoutez… Vous entendez le silence priant du Peuple de Dieu. Il est aussi un merci pour vous, qui venez marcher avec lui sur cette terre du Jura.

Mesdames, Messieurs les représentants des autorités civiles, administratives et militaires, le diocèse de Saint-Claude vous remercie de votre présence en ce jour de fête et prie pour que vous accomplissiez dans la paix, la justice et la liberté votre tâche au service des hommes.
L’Eglise de Saint-Claude est heureuse aussi d’accueillir les pères Evêques, venus nombreux.
Vous m’excuserez de ne pas citer vos noms à tous, mais je ne peux m’empêcher de rappeler avec émotion ceux des deux derniers évêques du diocèse : les pères Yves PATENOTRE et Jean LEGREZ.
L’Eglise du diocèse accueille avec joie le Père Luigi VENTURA, nonce apostolique à Paris, représentant du pape Benoît XVI, pour qui nous prierons plus particulièrement au cours de cette eucharistie, et le père André LACRAMPE, archevêque de BESANCON ; président de cette assemblée au moment de l’installation du nouvel évêque, et qui fête aujourd’hui ses 28 ans d’ordination épiscopale.
L’assemblée diocésaine accueille également avec joie les représentants des diverses communautés chrétiennes ainsi que les membres des autres communautés religieuses.
Permettez que je dise en les accueillant un merci aux parents du Père Jordy.
Merci pour votre fils.
A vous tous et toutes, chers ami (e)s, je dis un bonjour fraternel.

Père Vincent JORDY, je suis heureux, en tant qu’ancien Administrateur diocésain durant la vacance du siège épiscopal, au nom et avec le peuple de Dieu du diocèse de Saint-Claude, de vous accueillir dans votre Cathédrale.
Vous êtes notre PASTEUR: celui qui conduit, qui prend par la main, qui rassemble. Vous êtes celui qui tisse les liens de COMMUNION : celui qui aime son peuple pour parfois le porter sur ses épaules. Vous devenez maintenant SERVITEUR de ce peuple.
Père Vincent JORDY, soyez le bienvenu…Evêque, prenez place avec nous, parmi nous, pour continuer à faire Eglise.
Et avec la grâce de Dieu, accomplissez ce service qu’il vous donne : épousez ce peuple du diocèse de St. Claude

Accueillir quelqu’un, c’est lui dire que tout ce qui nous appartient lui appartient.
Vous connaissez la Bible mieux que moi, et vous savez combien l’accueil est un maître mot tout au long du récit biblique pour traduire les expériences de rencontre, de partage et de don.
Il est saisissant de découvrir la paternité de Dieu dans les rencontres qu’il fait avec les hommes ou que ces derniers font avec lui.
Il leur donne en priorité et dans une bénédiction une promesse de TERRE.
Il leur fait parcourir par la vue ou avec leurs pieds la terre qu’il leur donnera, tout en leur faisant goûter les fruits, comme pour qu’ils en aient un avant-goût.
L’accueil chez Dieu n’est pas que des bonnes paroles, mais une réalité et une densité de partage.
Ce geste est un chemin biblique, donc un chemin de vie.…, dans lequel vous êtes engagé et nous avec vous pour y découvrir encore d’autres dons.

En vous nommant à Saint-Claude, le pape BENOIT XVI vous a donné un territoire, non pas pour le posséder au sens matériel du terme, mais pour y vivre avec les hommes qui l’habitent et accomplir avec eux la mission de la création( la terre est faite pour l’homme).
Dès votre venue début septembre, votre premier geste (sans doute symbolique), fut de venir parcourir le relief de cette terre du Jura pour y rencontrer les hommes et en particulier les prêtres dans leur paroisse.
Voir la terre et les hommes qui l’habitent inaugura pour vous cette réalité de l’Alliance à laquelle Dieu vous appelle.
Cette promesse est devenue don de Dieu.

De cette terre, vous en avez saisi la force vigoureuse et typée de son relief plissé ; - vous avez admiré la beauté fière et altière de ses forêts de sapins ; - vous avez surpris la variété des paysages : des terres noires de la plaine aux couleurs déjà changeantes du Revermont, en passant par les gras pâturages des plateaux.
Votre regard était sérieux et attentif, formulant déjà beaucoup de questions avant que votre bouche ne les prononce.
Vous avez vécu cette première infiltration dans le diocèse comme quelqu’un qui reçoit un don qu’il aura à faire valoir.
Excusez-moi, j’ai alors pensé à Josué et à ses envoyés qui se sont infiltrés en terre de Canaan pour déjà découvrir la Terre Promise : le don de Dieu…

Simplement je voudrais vous dire, par ce petit descriptif, mais vous l’avez déjà compris, combien cette terre tout en relief a donné du relief aux hommes qui l’habitent, a forgé leur caractère et le forge encore.
Car ce qui est important dans cette terre, ce sont les hommes qui y vivent, et vous êtes venus pour eux.
Ils sont comme ces crêts et ces combes tout en nuance tranchée, mais ils ont cette patience et cette force de laisser mûrir un fromage en cave 20 mois durant ou de laisser se réaliser le mystère de la transformation presque impénétrable d’un Savagnin pour qu’il devienne VIN JAUNE dans le silence feutré d’une cave durant plus de 6 années, de tailler en feux éclatants des diamants, de polir jusqu’à la transparence les verres de lunettes, de sculpter les pipes, de faire de la mécanique de précision, comme de faire vivre en générosité ces associations de solidarité et de fraternité.
Ils savent et ils savent toujours, même dans ce monde postmoderne, mettre le génie créatif exprimé par leurs mains au service des grandes inventions qui conquièrent la terre et les grands espaces.

Le JURA est un pays qui fait rêver tout en appelant à l’effort.
Car il faut monter sur les crêts et les lignes de faîte pour découvrir la succession des plissements qui s’avancent comme les vagues de la mer; pour recevoir le salut matinal du soleil que l’orient annonce, (mais il faut se lever tôt et ascensionner), ou pour rêver dans le calme du soir devant les vastes horizons embrasés par le soleil qui se couche. Vous prendrez le temps de faire cette expérience presque mystique.
C’est un pays où il faut descendre dans les combes et les vallées pour y découvrir le travail des hommes avec leur ténacité et leur fidélité dans la durée.
Vous y découvrirez l’inattendu, le mystère de cette nature que l’homme a maîtrisée, travaillée comme un jardin.
Il vous sera bon, Père, de vous arrêter à ces fermes abritées dans les clairières, de flâner dans ces hameaux, ces villages à qui l’eau et le relief ont permis naissance, de découvrir l’histoire de ces pléiades de bourgs et de petites villes, qui ont toujours envie de vivre et de bien vivre.
Le Jura ne se découvre que si on veut l’adopter.
Le Jurassien ne se découvre que dans la confiance, alors il se laissera accompagner jusqu’au sommet de son être si vous prenez le temps de faire chemin avec lui.
Je me permets avec quelque audace de vous dire cela, pour que vous sachiez l’importance de chevaucher inlassablement par monts et par vaux pour aller à la rencontre des Jurassiens, car ce sont eux qui sont importants sur ce territoire que Dieu vous donne en héritage.

Poussée par le vent de l’Esprit venu du Sud, la foi s’est implantée sur cette terre.
Romain, Lupicin, Lothain, les pères du Jura deviendront bien vite des témoins du message d’un certain Jésus.
Les pieds des messagers porteront la nouvelle, et se lèveront alors d’autres chrétiens, moines bénédictins qui domestiqueront cette terre et feront grandir les hommes qui l’habitent avec une autre Espérance, celle qui a fait se dresser des signes nouveaux, symboles d’une autre manière de vivre et de regarder vers le ciel.
Baume la grande entre ses rochers chante la louange de Dieu, Gigny la belle accueille l’intrépide Bernon qui avec douze moines part fonder Cluny, donnant ainsi naissance au dixième siècle à un immense courant réformateur porteur d’une civilisation nouvelle et ouvrant l’Europe à une conscience politique et chrétienne : les sillons, encore visibles, sont en attente d’une même semence de foi, de générosité et de partage…
Si votre diocèse, Père, est récent (1742), la foi qui s’y est répandue a la vertu d’une longue et solide tradition.
C’est sur cette terre que vous êtes envoyé, Père JORDY.
Que vos pas s’inscrivent dans les pas de ces témoins qui vous ont devancé.

Vous venez du Nord, d’une terre voisine : large plaine fertile qui s’étale entre deux terres, deux royaumes, deux empires : l’ALSACE, nourrie par un fleuve, véritable artère de l’Europe.
Ce que vous nous apportez de cette terre qui vous a façonné est aussi le bienvenu.
Ce qui a poussé sur cette terre prendra bien racine sur la terre jurassienne, et les fruits n’en auront que plus de saveur.
Permettez que je salue au nom des Jurassiens tous vos compatriotes venus nombreux vous accompagner.
Chers amis alsaciens, vous avez sans doute au fond du cœur quelque tristesse…
Que la joie, celle de nous donner un de vos évêques, vous comble et chasse votre nuage de tristesse.

Deux images pour éclairer votre accueil et votre présence sur cette terre : celles de l’eau et des chemins du pays de Palestine.
Elles tiennent une place importante dans la vie de Jésus et illustrent son message.
Votre devise souligne bien l’importance de l’eau, même aux jours de noce.
L’eau est bien ce qui va remplir ces jarres vides et expliquer l’Amour de Dieu et son abondance.
L’eau du Jura sera comme l’eau des puits de Palestine et toujours un don, pour être présence et partage au cours d’une rencontre où Jésus ouvre et creuse la soif des hommes et des femmes pour l’apaiser ensuite.

PERE JORDY, il y a beaucoup d’eau dans le Jura : abondante, rafraîchissante : les fontaines ne manquent pas.
Elles peuvent devenir lieux de rencontres et d’échange, où la Parole de Dieu devient pause et partage…
Permettez-moi de prier pour que vous ayez souvent soif, pour vous arrêter aux sources et partager l’eau, l’eau de la Parole de Dieu.
L’autre image biblique : les chemins. Pour être ce pasteur du diocèse, vous aurez à parcourir le pays du Jura.
Pour cela il vous faudra être par monts et par vaux, et prendre quelques petites routes aux rencontres inattendues et surprenantes pour l’annonce de la Bonne Nouvelle, comme le Christ sur les chemins de Palestine.
Vous verrez, la nature a bien fait les choses: Il y a dans le Haut Jura, pour passer d’une combe à l’autre, ce que l’on appelle une cluse, qui surgit au dernier moment et qui permet de franchir le crêt sans faire ces interminables détours.
Dans la relation avec les hommes et les femmes du Jura, il y a aussi des cluses à découvrir et à saisir pour aller à leur rencontre et entrer dans le vrai partage.

Je ne ferai pas un tableau de la vie de l’Eglise diocésaine.
Elle ne se dessine pas, elle se vit et se rencontre.
Mais vous savez qu’elle existe, bien vivante, vous avez déjà rencontré les signes de sa vitalité.
Elle est contrastée, nuancée comme le peuple d’Israël que rencontrait Jésus sur les chemins de Palestine.
Il vous faudra ce recul bienveillant pour la saisir de l’intérieur en y appliquant votre regard de foi, votre intelligence spirituelle et votre désir de servir.

Le peuple de Dieu, vous le voyez … Il est pour une partie ici dans cette cathédrale et il est, je crois, HEUREUX..
Il est en attente, mais comme il n’y a pas d’attente sans prière, il est en prière depuis l’annonce de votre venue.
Il s’est déjà rassemblé ce matin dans les églises du diocèse.
Il est bien vivant, capable d’espérer, prêt à construire l’avenir avec vous.
Recevez-le comme un don de Dieu et, avec lui, continuez l’annonce de la Bonne Nouvelle aux habitants de cette terre du Jura.

Votre devise :« TOUT CE QU’IL VOUS DIRA, FAITES-LE »
Ce sont les paroles de Marie adressées aux serviteurs à la noce de Cana, jour de fête où Jésus commence sa vie publique sur la terre de Palestine.
Beau chemin de service sans doute difficile à comprendre, avant de le suivre.
Parfois vous serez surpris, comme le furent les serviteurs à la noce, suite à la demande de Jésus de remplir les cruches d’eau…. « Mais faites tout ce qu’il vous dira. »
Alors Père, remplissez les jarres de la fête avec cette eau de la Parole de Dieu.
Venez puiser pour la distribuer et faites-la aussi distribuer.
La Gloire de Dieu se manifestera.

Vous êtes là, nous sommes là dans une réalité d’Evangile qui surprend toujours, tant elle est inattendue et contradictoire pour nos esprits qui ne croient souvent que ce qu’ils voient.
Je vous souhaite, nous vous souhaitons de la vivre dans le quotidien de votre vie d’évêque, non seulement en suivant le Christ aux noces de Cana, mais sur tous les chemins de Palestine qui passent pour vous par ceux du Jura.
Merci d’avoir accepté cette aventure évangélique et épiscopale : c’est votre aventure de foi pour l’Eglise du Jura en ce début du XXIème siècle.

Que l’ESPRIT SAINT nous assiste tous et toutes pour faire ce voyage ensemble !
Qu’Il vous garde et vous accompagne !…

Bienvenue à Saint-Claude dans la paix du Christ-Jésus !…

P. Philippe ADELLON


OK

Agenda diocésain

Voir tous les évènements...

Annuaire diocésain MouvementsHoraires des messes

La reproduction totale ou partielle de ce site internet est formellement interdite, sur quelque support que ce soit, sans notre accord express - Tous droits réservés 2014 - Réalisation : Elfinet