Sommes-nous tous des enfants de Dieu ?

Sommes-nous tous des enfants de Dieu ?

 

     Devenons-nous des enfants de Dieu par le baptême ? Parfois cette question déclenche des discussions vives dans les groupes. Le Dieu de Jésus Christ auquel nous croyons n’est-il pas le Père de tout être humain ? Beaucoup de chrétiens n’acceptent pas l’idée que certains soient exclus de l’amour paternel de Dieu. En effet, l’Ecriture affirme que le Christ est mort pour tous, et l’Esprit n’est pas seulement à l’œuvre dans les baptisés, mais dans le cœur de tous les hommes de bonne volonté. Cette affirmation est juste, car Dieu est le Père de l’humanité toute entière 

     Mais alors, si tous les êtres humains sont enfants de Dieu, si tout homme de bonne volonté peut arriver « au salut éternel » (LG 16), pourquoi devenir chrétien et recevoir le baptême ?
Si la qualité d’enfant de Dieu était attribuée d’une manière plus ou moins automatique, la mission de l’Eglise dans le monde se réduirait à faire prendre conscience à tous les hommes que ce salut est déjà profondément inscrit en chacun.

     Etre enfant de Dieu n’est pas le résultat immédiat et assuré de l’appartenance à l’humanité. La qualité de l’enfant de Dieu est toujours un don gratuit de la grâce. On ne peut pas faire abstraction de la grâce donnée gratuitement dans le baptême, reconnue et reçue dans la foi. Dans l’évangile de Saint Jean, dans le dialogue avec Nicodème, Jésus insiste sur l’action de l’Esprit Saint qui fait de l’homme un enfant de Dieu. « A moins de naître de l’eau et de l’Esprit, nul ne peut entrer dans le Royaume de Dieu » (Jn3, 5). Dans ce sens, on ne naît pas enfant de Dieu, on le devient, notamment grâce au baptême.

     Si nous sommes venus sur cette terre sans l’avoir demandé, nous ne pouvons pas naître à la vie nouvelle dans l’Esprit sans l’avoir voulu. C’est le prix à payer pour notre liberté, sans laquelle il n’y a pas d’amour véritable. Par le baptême, Dieu nous offre de vivre de cette vie dès ici-bas. 

     La foi chrétienne fait plus que de désigner simplement Celui qui est toujours déjà présent, bien qu’il soit vrai que personne ne peut être enfant d’un père qu’il ne connait pas.  Le baptême et la foi introduisent dans un dynamisme nouveau, celui de la vie trinitaire, qui se reçoit dans la foi, qui interpelle notre liberté et engage sur un chemin de croissance spirituelle à la suite du Christ. 

     Il va de soi qu’être enfant de Dieu n’est jamais un motif de présomption ou de condamnation des autres. Il s’agit d’un don sans mérite et d’une mission : annoncer l’amour de Dieu à tous les hommes.

     L’expression « enfant de Dieu » peut ainsi être entendue de deux manières. Dans un premier temps, il indique l’origine commune de tous les hommes, la valeur inestimable de chaque personne et les liens de fraternité qui s’enracinent dans une humanité commune à tous.

     Dans un deuxième temps, l’expression désigne une relation nouvelle au Père, au Fils et à l’Esprit, don gratuit proposé à tous et à vivre dans la vie concrète et en Eglise. Cette relation au Dieu trinitaire n’est pas un privilège, mais un don et un envoi. Le baptême est le début de cette vie renouvelée et appelée à se déployer tout au long de l’existence.

H.B

OK
OK

Annuaire diocésain MouvementsHoraires des messes

La reproduction totale ou partielle de ce site internet est formellement interdite, sur quelque support que ce soit, sans notre accord express - Tous droits réservés 2014 - Réalisation : Elfinet