« Mais t’es haut » ?

Il est jeune, Belge, s’appelle Stromae et chante. L’une de ses chansons Papaoutai dit la souffrance de l’absence d’un père : Papa, où tu es ? Elle résonne alors que le printemps est là. La météo est bonne. Mais pour nombre d’hommes et de femmes une autre météo est mauvaise, la météo intérieure, celle de notre coeur. Face à l’inquiétude de l’avenir, à la peur devant le chômage, la séparation, où trouver un appui, un avenir, une espérance ?
En ce temps de Pâques, une lumière nous est donnée. D’un tombeau Jésus va jaillir vainqueur de la mort. Plus encore, Il inaugure une vie nouvelle pour
qui L’accueille. Les saints, les amis de Dieu, témoignent, à travers les siècles, que cela est vrai.
Mais Jésus à l’Ascension nous conduit plus loin encore, plus haut. Il monte vers l’amour plein et définitif ; Il nous arrache à nous-mêmes et entraîne notre humanité, l’élève vers le Père de tendresse. « Papaoutai ? » Au ciel et Il nous prépare une place. Mais comment suivre Jésus ?
Nous pourrions Lui dire, regardant le ciel où Il nous précède : « Mais t’es haut, trop haut pour nous. » Ne nous trompons pas : Il ouvre le chemin ; c’est aussi Lui qui nous élève. C’est Lui qui nous introduit dans la grâce, la paix, la joie.
Alors Jésus, « mais t’es haut » !
Certainement, mais pour que nous entrions dans la bonne « météo », celle du coeur, celle du beau temps éternel de Dieu.

+ Vincent Jordy,
évêque de Saint-Claude

   

   

   
OK
OK

Annuaire diocésain MouvementsHoraires des messes

La reproduction totale ou partielle de ce site internet est formellement interdite, sur quelque support que ce soit, sans notre accord express - Tous droits réservés 2014 - Réalisation : Elfinet